PARIS 10e A « TOUJOURS » BESOIN DE LA POLITIQUE DE LA VILLE- APPEL II

« Collectif des associations qui disent
« Le 10e a toujours besoin de la politique de la Ville pour l’avenir »

PARIS 10e A « TOUJOURS » BESOIN DE LA POLITIQUE DE LA VILLE

  • La carte publiée le 17 juin par le Ministère de la ville confirme les craintes que le collectif a depuis la présentation du projet de loi en octobre 2013. Les quartiers du 10e, qui bénéficiaient de la politique de la ville, sortent du dispositif (les quartiers des Portes et de La Grange-aux-belles). Ne reste qu’une partie du quartier Moinon-Ste-Marthe.
  • Le critère unique retenu (revenu médian/1000 habitants) ne peut être valide sur un territoire dont la population en difficulté échappe aux statistiques, parce que non résidante. Pourtant elle est bien présente dans les hôtels sociaux, les différents dispositifs d’urgence, autour des gares (mineurs étrangers, demandeurs d’asile, etc.) mais aussi dans tout l’espace public (toutes les formes d’errances liées à l’exil, la toxicomanie, la prostitution, etc.).
  • L’évolution de la population dans l’arrondissement produit un effet de « masquage ». Les poches de précarité restent tenaces (chômage 15% contre 9% à Paris, échec scolaire 30% contre 15%, foyers bas revenus 17% contre 11%).
  • Constitué depuis novembre, le collectif, composé de 55 associations du 10e, a interpellé les pouvoirs publics (élus d’arrondissement et de Paris, Députée, préfecture et Ministre de la Ville) sur les conséquences de cette loi. Nos élus ont soutenu notre démarche par des vœux et des communiqués. La Maire de Paris a adressé un courrier à la Ministre pour souligner les progrès obtenus grâce à la politique de la ville dans les quartiers tout en pointant la fragilité de ceux-ci face à la crise.

LA CASSE SOCIALE ?

  • Sur 30 000 habitants qui résident dans nos quartiers politiques de la ville, près de 5 000 personnes (Familles, adultes et enfants) sont accueillies régulièrement dans les associations : ateliers de français, aide scolaire, accès au droit (logement, emploi, santé, culture, citoyenneté), vie familiale, réussite éducative.
  • La sortie du dispositif aurait pour conséquences directes de faire disparaître l’essentiel de ces actions et de fragiliser les associations qui les portent.
  • C’est une vingtaine d’emplois associatifs aidés (adultes relais) et autant d’emplois liés qui seraient supprimés.
  • Certaines associations, dont celles issues de l’immigration, disparaîtraient, leur public étant celui qui n’est plus pris en compte et pour lequel elles bénéficient de subventions publiques.
  • À l’échelle des territoires, ce serait la perte de la coordination inter-associative et des partenariats dynamisés par les équipes de développement local.
  • Ce serait aussi la disparition de tous les dispositifs publics qui permettaient des bonifications et/ou priorisations liées à la géographie de la politique de la ville.

POUR UNE VILLE QUI ACCUEILLE ET CONSTRUIT DU LIEN SOCIAL 

  • L’application de cette nouvelle cartographie fait sortir des territoires qui, s’ils étaient sur la bonne voie, n’ont pas réglé l’ensemble de leurs problèmes. Les textes envisagent un transfert des actions financées dans les dispositifs de droit commun alors que, dans un même temps, les discours annoncent des économies dans toutes les politiques publiques.
  • Quand la géographie prioritaire tenait compte d’une dizaine de critères (logement, réussite scolaire, immigration, revenu, etc.), pourquoi n’en retenir qu’un qui fait fi de la complexité des territoires ?
  • Le coût annuel des projets subventionnés dans le 10e arrondissement est de 200 000 €. L’impact de ces économies aura des conséquences à court terme beaucoup plus onéreuses et destructrices du lien social. Qui va prendre en charge les personnes accueillies dans les associations ? Qui va assurer la médiation nécessaire à  la cohabitation harmonieuse des populations? Qui va combattre le clivage?  Le repli sur soi,  l’entre soi ?
  • Plus largement, quel avenir envisageons-nous pour nos quartiers ? Une ville qui rejette ses habitants les plus fragiles toujours plus loin ? Quelles conséquences pour les enfants en difficulté scolaire dont l’éducation et la formation sont pourtant présentées comme les défis de l’avenir? Quel avenir pour la jeunesse, pour quels métiers? Quelle qualité de vie? Quelles connaissances des autres (mixité)? et l’école qui accueille cette mixité, pour un  ascenseur social…? Quelles solidarités dans les quartiers ?

Nous considérons que le travail accompli depuis trente ans avec les habitants et les associations a permis de construire les conditions du vivre ensemble, de créer une mixité certes difficile mais réelle dans les quartiers.

Nous considérons que Les enjeux pour l’avenir  de nos territoires méritent plus que l’application d’une simple statistique.Nous défendons l’idée d’une ville hospitalière, solidaire et interculturelle et, c’est pourquoi …
LE COLLECTIF DEMANDE À MADAME LA MINISTRE  DE LA VILLE
DE PRENDRE EN COMPTE DES CRITÈRES COMPLÉMENTAIRES
AFIN DE PRÉSERVER L’ÉQUILIBRE SOCIAL DU TERRITOIRE

SIGNATAIRES DE L’APPEL
LE 10e A « TOUJOURS » BESOIN DE LA POLITIQUE DE LA VILLE POUR L’AVENIR

  1. L’Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie (L’ACORT)
  2. Association Le Pari’s des Faubourgs (Centre Social et Culturel)
  3. Ensemble, nous sommes le 10e
  4. Association des Retraités d’Origine Espagnole (AROE)
  5. Association des Tunisiens en France (ATF)
  6. Association AIRES 10 (Centre Social)
  7. Association Français Langue d’Accueil (FLA)
  8. Association Andes Diffusion
  9. Association Robert Desnos
  10. Association Lecture Jeunesse
  11. Association « Elle tourne la page »
  12. Mouvement d’Entraide pour le Tiers Monde et la Coopération (ETM)
  13. Espace Farabi
  14. Afrique Conseil
  15. L’Aire à Mots
  16. Le Mystère Bouffe
  17. Espace Universel
  18. Antenne Paris10 France Bénévolat
  19. Centre d’animation de Paris 10ème – CRL10
  20. Association d’Assistance Scolaire Linguistique et Culturelle (ASLC)
  21. Le Club du Bambou Savant (CLUB’s)
  22. Association Franco Asiatique Pour l’Enfance (AFAPE)
  23. ATTAC Paris Centre
  24. A Toi Théâtre
  25. Association La maison du Canal (Régie de quartier du 10ème)
  26. TangoCité
  27. L’Association Marche et Rêve à Paris
  28. Ville mains jardin
  29. Association CSD, Rythme et Mouvement
  30. L’Association pour la mémoire des enfants juifs déportés du 10ème
  31. Compagnie Abel
  32. Association saint Louis sainte Marthe
  33. AREMEDIA
  34. Compagnie NIABA
  35. La compagnie Théâtre du Bout du Monde
  36. Musiques & Cultures Digitales (MCD)
  37. Association les 4 horizons
  38. Association ARC 75
  39. Association Franco-Chinoise Pierre Ducerf
  40. Centre d’Accueil Médicalisé et de Réinsertion Economique et Sociale (CAMRES)
  41. DIXENGYM
  42. Association Culturelle Cordão de Ouro Ile-de-France
  43. Conseil des Seniors
  44. Association BIO 75 AMAP
  45. Association musique Senza Sordini
  46. Association Paris Jeunes Echecs
  47. Association Théâtre Compagnie a l’affut
  48. Association Kolone
  49. Association Crèche République
  50. Association «  Quartier Libre »  Collège Palissy
  51. Association «  FCPE « Parents d’élèves  du Collège Palissy
  52. Collectif accompagnement scolaire 10e
  53. La section de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) Paris 10è
  54. Association Jeunesse de Saint Vincent de Paul
  55. Association Ngamb’Art

Contact :
« Collectif des associations qui disent
« Le 10e a toujours besoin de la politique de la Ville pour l’avenir »
C/ ° L’ACORT  2 bis rue Bouchardon – 75010 Paris
Tel : 01 42 01 12 60 Email : acort@acort.orr