LES ORIGINAIRES DE TURQUIE VIVANT A L’ETRANGER NE SERONT PAS COMPLICES DE CE CRIME !

LES ORIGINAIRES DE TURQUIE VIVANT A L’ETRANGER NE SERONT PAS COMPLICES DE CE CRIME !

Nous, les originaires de Turquie vivant à l’Etranger, nous soutenons les enseignants-chercheurs de Turquie qui ont signé l’appel: «  Nous ne serons pas complices de ce crime ! »
Nous les considérons comme la conscience et la fierté de ce pays.
Nous partageons les revendications de cet appel et nous sommes solidaires des signataires.
Nous demandons l’arrêt immédiat des répressions contre le enseignants-chercheurs.
Nous demandons la résolution de  la question kurde par la voie du dialogue et des négociations.
Nous refusons toutes violences et nous demandons un cessez-le-feu immédiat
Nous exigeons la paix, la fraternité, la démocratie et la liberté
Nous déclarons à notre tour que « nous ne serons pas complices de ce crime ! ».

YURTDIŞINDA YAŞAYAN TÜRKİYELİLER BU SUÇA ORTAK OLMAYACAK!

Biz, yurtdışında yaşayan Türkiyeliler olarak, »Bu suça ortak olmayacağız » bildirisini imzalayan akademisyenleri destekliyoruz.
Onları ülkemizin vicdanı,yüz akı olarak görüyoruz.
Bildirideki görüşleri ve talepleri paylaşıyoruz.
Akademisyenlere yönelik baskıları  kınıyor, imzacılarla dayanışma içinde olduğumuzu ifade etmek istiyoruz.
Kürt sorunu da dahil olmak üzere tüm sorunların diyalogla, müzakere yoluyla çözülmesini istiyoruz.
Şiddeti reddediyor, silahların derhal susmasını istiyoruz.
Barış, kardeşlik, demokrasi  ve özgürlük istiyoruz.
Biz de, bu suça ortak olmayacağımızı ilan ediyoruz

SIGNEZ LA PÉTITION:

 

TEXTE DES ENSEIGNANTS ET CHERCHEURS  DE TURQUIE POUR LA PAIX

Nous, enseignants-chercheurs de Turquie, nous ne serons pas complices de ce crime !

L’État turc, en imposant depuis plusieurs semaines le couvre-feu à Sur, Silvan, Nusaybin, Cizre, Silopi et dans de nombreuses villes des provinces kurdes, condamne leurs habitants à la famine. Il bombarde avec des armes lourdes utilisées en temps de guerre. Il viole les droits fondamentaux, pourtant garantis par la Constitution et les conventions internationales dont il est signataire : le droit à la vie, à la liberté et à la sécurité, l’interdiction de la torture et des mauvais traitements.

Ce massacre délibéré et planifié est une violation grave du droit international, des lois turques et des obligations qui incombent à la Turquie en vertu des traités internationaux dont elle est signataire.

Nous exigeons que cessent les massacres et l’exil forcé qui frappent les Kurdes et les peuples de ces régions, la levée des couvre-feux, que soient identifiés et sanctionnés ceux qui se sont rendus coupables de violations des droits de l’homme,  et la réparation des pertes matérielles et morales subies par les citoyens dans les régions sous couvre-feu. A cette fin, nous exigeons que des observateurs indépendants, internationaux et nationaux, puissent se rendre dans ces régions pour des missions d’observation et d’enquête.

Nous exigeons que le gouvernement mette tout en oeuvre pour l’ouverture de négociations et établisse une feuille de route vers une paix durable qui prenne en compte les demandes du mouvement politique kurde. Nous exigeons qu’à ces négociations participent des observateurs indépendants issus de la société civile, et nous sommes volontaires pour en être.  Nous nous opposons à toute mesure visant à réduire l’opposition au silence.

En tant qu’universitaires et chercheurs, en Turquie ou à l’étranger, nous ne cautionnerons pas ce massacre par  notre silence. Nous exigeons que l’Etat mette immédiatement fin aux violences envers ses citoyens. Tant que nos demandes ne seront pas satisfaites, nous ne cesserons d’intervenir auprès de l’opinion publique internationale, de l’Assemblée nationale et des partis politiques.

Pour signer envoyer nom, qualité et affiliation à info@barisicinakademisyenler.net